L’Interview D’Art

Pour mon sujet de la recherche, je pensais que celui une bonne idée à pose des questions à un citadin de la ville. Pendant le temps que j’ai pris les photos des sculptures, j’ai vu beaucoup des gens qui les marches par sans les jeter un coup d’oeil. Avec beaucoup d’art à la ville, les perdent-elles de signification ? Des pièces de mon projet sont l’historique importance, raison pour avoir les sculptures, et leur endroit. Ils tous très important, mais les questions que j’ai posé viser sur l’esthétique valeur, quelle sculpture on préfère, et la graphiti.

J’ai parlé avec une femme qu’habitait à Montpellier depuis six ans. Ici, sont les questions j’ai posé et les réponses elle m’est donné.

1. Qu’est-ce que vous pensez que Montpellier serait différente sans les sculptures ?

Les batiments se ressembleraient plus et on n’aurait pas l’histoire de la ville. De plus c’est moins d’esthetique.

2. Qu’est-ce que les sculptures amènent à Montpellier ?

De l’art, de la beauté, de la différence, de l’histoire, de la culture.

3. Laquelle une, préférez-vous ?

Les Trois Grâces

Pourquoi ?

Pour leur histoire, elles faisaient partie d’une fontaine et représentent les trois muses : la séduction, la beauté, la nature, la créativité humaine et la fécondité.

4. Laquelle pensez-vous être le plus significatif  à Montpellier?

Louis XIV

Pourquoi ?

Pour son passage à Montpellier et pour l’histoire.

5. Pensez-vous que le graphiti ? (c’est beau, c’est mal)

Tout dépend de sa place, il ne faut pas qu’il cache d’autres peinture ou sculpture.  Sur Montpellier, il y en a de très beau parfois.

6. Est-ce que ils sont de l’art ? (graphiti)

Sans doute puis qu’il faut savoir dessiner et connaître les couleurs. Certains sont d’une grande imagination avec beaucoup de recherche.

Pendant l’interview, j’ai gagné la compréhension de l’importance d’art à Montpellier. L’importance et le sens l’est relatif chacun personne regarder l’art ; mais, le placement en est significatif et moins subjectif. Les Trois Grâces sont le centre symbole de la Montpellier et elles ont un spécial significatif à la gens qui habitaient à Montpellier. C’est impressionne que une statue (l’art) serais le symbole pour un lieu et effet les autres. J’espère que je continue trouver plus intéressante chose et parler avec les autres intéressantes personnes.

À Bientôt,

ARB

Les Trois Grâces

13/07/2011

D’attente…

D’attente est simplement une partie de la vie. Attendant pour quelqu’un ou quelque chose, comme un ami, un train, ou un repas, consomme une grande partie de ses temps. Mais, pour moi, je trouve que l’attente est un procès qui raffine mes pensées et mes idées. Il m’aide voir les aspects différents des choses. Le raison que je suis réfléchi à ce sujet est parce que j’avais eu beaucoup des opportunités d’attendre pendant que faisant mes recherches à Montpellier. Même maintenant, j’attends pour une réponse d’un contact de SERM (Société Equipement de la Région Montpelliéraine) qui est prêt à me rencontre pour une interview.

Néanmoins, au milieu d’attendant, je fais du progrès bien. Au samedi, j’ai visité le petit pavillon du nouvel Hôtel de Ville, qui reste à face du bâtiment en construction. Au petit pavillon, qui ouvert strictement de 17h – 20h vendredi et samedi, j’ai rencontré une amiable femme. Elle m’a aidé trouver les réponses à mes questions,  elle m’a montré les vidéos de l’architecte Jean Nouvel et le projet soi-même, et elle m’a donné les chemises plein d’information utile aussi bien que les numéros des contacts biens informés. Quand j’suis parti, j’étais très content et dans un état de pur joie.

Maintenant pour plupart des gens, ce succès semblerait minuscule. Mais pour moi, le fait que je l’ai compris, que elle m’a compris, et que j’ai fait de progrès sur mon projet par communiquant dans français, est un grand accomplissement ! C’est plus que « Merci » et « Je voudrais du pain au chocolat s’il vous plait ». C’est l’engagement actif de mon esprit dans l’ordre de découvrir une culture qui est beaucoup plus différente de la mienne. C’est le but de mon séjour en France.

Alors, depuis mon rencontre au samedi, j’ai découvert des réponses à mes questions dans les chemises que la femme m’a données. J’ai découvert que le nouvel Hôtel de Ville est seulement une partie de un grand plan pour faire un quartier d’un nouvel hôtel de ville. J’ai appris aussi que selon Jean Nouvel, « Le nouvel Hôtel de Ville symbolise le nouvel élan de Montpellier ». Il y a beaucoup des autres choses révéler, mais…ils auront d’attendre.

Joseph Workman

12/07/2011

La loi de 1901

Sujet : interview sur la loi 1901 sur les associations à but non lucratif.

Pour mon sujet, j’ai choisi d’interroger le père adoptive d’Ania sur la loi
des associations de 1901 et son rôle entant que  bénévole à la banquealimentaire de Montpellier. En france,  une association à but non lucratif relève de la loi du 1er juillet 1901 qui a été mise en place par Waldeck-Rousseau ainsi que le décret du 16 août 1901. Une association à but non lucratif est une assemblée d’au moins deux personnes qui décident de mettre en commun des moyens afin d’exercer une activité dont le but
n’est pas leur enrichissement personnel. Auparavant, il fallait une autorisation absolue pour constituer une association. Même, après la Déclaration des droits de l’homme
et du citoyen de 1789, rien n’était prévu pour les associations. La Constitution avait ainsi autorisé la création d’associations en 1848 mais l’avait de nouveau bannie un an plus tard. C’est donc ce genre de divergence qui a ouvert le chemin à la loi de 1901
en générant des règles de droit qui doivent remplir plusieurs conditions : être
composé d’au moins deux personnes; doit avoir un autre but que de partager des
bénéfices. De plus, l’activité de l’association ne doit pas enrichir directement ou indirectement l’un de ses membres. Son père adoptif,  un bénévole pour la banque alimentaire, partage son temps entre retraite et stocker les étagères de boîte de conserves, riz, pâtes et entre autre. Son rôle, plus exactement, est de collecter dans
chaque magasin les aliments de préférence non périmée afin de les entreposer
dans un entrepôt pour les distribuer gratuitement à longueur de l’année aux
plus démunis. Il m’expliqua qu’à Montpellier, il y avait plus de 200 tonnes de
nourriture qui avait était collecter en 2010.  Les « banques alimentaires collectent, gèrent et partagent des denrées alimentaires pour aider l’homme à se restaurer. Leur
action se fonde sur la gratuité, le don, le partage, le bénévolat et le mécénat ». La finalité est en fin de compte de répondre à l’urgence sociale par l’aide alimentaire et de lutter contre le gaspillage des produits alimentaires pour nourrir ceux qui ont faim. L’interview m’a permis de mieux comprendre le rôle de la loi de 1901 mais aussi, que la plus part des actions sociale en France sont faite à travers le bénévolat.

12/07/2011

Supporter Du Rap

Pour mes recherches culturelles j’ai trouvé un magasin juste à coté de la place de la comédie qui s’appelle General Musique. Ce magasin n’et pas comme Virgin ou FNAC qui sont les grands magasins de musique en Montpellier, mais il a plus des choses spéciaux. Dans général musique nous trouvons une grande sélection de tous les types de musiques soit français soit américain et ils ne sont pas trop chers la bas. Il y a dans l’entrée du magasin une boite des disques pour un euro par exemple. Il s’y trouve une grande sélection de bandes dessinées, des films, des albums en vinyles, et des DVDs des spectacles.  Il y a aussi des  affiches sur les spectacles dans locales près de l’entrée. L’atmosphère dedans et très gentille et très familière.  J’ai fait une interview la avec une caissière chez General Musique sur le rap Montpelliéraine. Nous avons discuté beaucoup sur le rap français, et elle m’a montré un CD de rap qui s’appelle Supporter Du Rap, qui a été fait par les artistes locales. Nous avons cherché les autres mais nous n’avons rien trouvé. En demandant à elle sur la scène elle m’a dit des choses très intéressantes. Selon elle, la scène rap en Montpellier est très grande même s’il n’y a pas beaucoup des artistes qui viennent de Montpellier. Pour les spectacles des artistes local et moins connu il y a l’Antirouille un bar avec des spectacles. L’Antirouille est un bar qui se trouve près de la place de la comédie. Il a une petite estrade pour les artistes et une grande piste de danse. Tous types des personnes va à l’Antirouille, et même s’il n’y a pas un spectacle, il y’a toujours de bon musique. Elle a noté quand même que malgré qu’il n’y ait rien de spectaculaire dans les rappeurs montpelliérains, le Zénith Sud attire souvent les très grandes spectacles de rap français. Avec tous ces informations et aussi le CD du Rap que j’ai achete je suis presque finis avec mon projet de recherche. J’espère d’être finis avec un brouillon par le semaine prochaine. A bientôt,

Danny

12/07/2011

Une interview avec créatrice de mode

La semaine dernière, j’ai décidé d’explorer les rues de Montpellier. Pendant que jemarchais dans une mignone petite rue, par hasard, j’ai trouvé une boutique! Le nom de laboutique était boutique de créateurs. Naturellement, j’était très heureuse de découvrir une boutique avec des créateurs. Mais quand je suis entrée, au début j’étais un peu nerveuse que personne ne serait d’accord pour parler avec moi. Heureusement, il n’y avait pas de clients et il y avait seulement une femme dans le boutique. La femme avait d’environ 28 ans, et elle portait un chemisier et une jupe très unique. Bientôt jai appris qu’elle n’était pas seulement un employé, mais une réel créatrice de mode.

 Dès que je suis entré dans la boutique, je me suis présentée et j’ai expliqué pourquoi j’avais besoin de son aide. Elle était très gentille et elle était heureuse de répondre à toutes mes questions. Elle s’appelait Claire Fafet. En outre, Claire Fafet m’a dit qu’il ya un total de 5 créateurs qui travaillent dans la même boutqiue. Elle a expliqué que je peux revenir un autre jour pour parler à un autre créateur de mode. Ensuite, j’ai interviewé la créatrice pendant environ 10 minutes et j’ai appris beaucoup d’informations utiles.
 
Mademoisselle Fafet m’a raconté toutes les tendances de la mode à Montpellier. Par exemple: le style rock, jupes à taille haute, accessoires exagérer, lunettes de soleil uniques … Etc. Elle m’a aussi expliqué les principales différences parmi la façon dont les femmes de Montpellier habillent en comparaison avec Paris et les Etats-Unis. De plus, elle m’a dit quels marques de vêtements sont populaires à Montpellier aujourd’hui. En général, j’ai appris beaucoup d’informations utiles d’elle et elle m’a aidé beaucoup. Je suis certain que je vais revenir à la même boutique même pour parler avec quelqu’un d’autre!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

12/07/2011

Une interview à ma boulangerie locale

Ce matin en route de l’université, j’ai arrêté à la boulangerie au coin de mon quartier pour acheter une baguette au fromage.  Ces baguettes sont les meilleures que j ’ai jamais goutées ; elles sont si fraîches et le fromage est très savoureux.  Donc, j’y suis allée cet après-midi pour parler avec la boulangère.  Je lui ai posé des questions suivantes et  voici les réponses aussi :

Quels sont-vos produits les plus populaires ?

Les plus populaires sont la baguette, le gros pain, et les croissants (du beurre, de la nature, et chocolatins).

Pensez-vous que les grosses institutions, comme Paul par exemple, détruisent la tradition des boulangeries et des pâtisseries ?

Moi, je ne crois pas parce que la qualité n’y est pas égale.

Est-ce que vous croyez que le chiffre des gens qui achètent le pain blanc déjà coupé a augmenté récemment ?

Non, je sais qu’il y a des français qui l’achètent parce que c’est plus pratique quand on est déjà entrain de faire des achats, mais la plus parte des gens préfèrent le pain frais.

(À ce moment, elle a demandé l’avis d’un homme dans la boulangerie concernant ce fait ; il était d’accord avec elle.  Puis, il a acheté deux baguettes.)

Quels sont-les pâtisseries que vous vendez qui viennent du sud de la France ?

On a des millefeuilles, des éclaires, des babas rhums, des tartes aux framboises, et des flans.

Est-ce qu’il y en a d’influence étranger ?

Oui ! On vend des cheesecakes  et des muffins.

(J’ai vu aussi qu’elle vend des pizzas.)

Est-ce que les gâteaux mariages sont compliqués come aux Etats-Unis ?

Non, ils sont plus simples.  Les couches sont montées hautes et il n’y a pas du roses.

Elle était très occupée à cause des gens qui commençaient à venir pour acheter du pain pour le dîner, donc je l’ai laissée au travail.  Je reviendrai plus tard dans la semaine pour prendre des photos si ça ne la dérange pas.

11/07/2011

Deux interviews sur les troubles d’alimentation

J’ai contacté Sébastien Guillaume de l’Université de Montpellier. J’ai formulé six questions pour lui poser. Il m’a aidé beaucoup en répondant à mes questions, en particulier, les questions qui s’agissent de sa recherche. J’ai posé des questions générales sur les troubles d’alimentation aussi. En analysant ses réponses, on peut voir que ses opinions semblent les opinions des chercheurs américains. Cependant, il a souligné une différence frappante entre la France et l’Angleterre aux termes de ces maladies. Il a exprimé que les défauts de compréhension des troubles d’alimentation existent plus en France qu’en Angleterre, où il travaille aussi. Sa recherche m’intéresse beaucoup parce qu’elle s’agit de la prise de décisions en rapport aux troubles d’alimentation. Ce rapport est important parce que beaucoup de monde croit que les troubles d’alimentation viennent d’un manque de volonté. Cependant, sa recherche annule cette idée.
De plus, j’ai parlé à Christine Massac. Une psychanalyste en Montpellier, elle m’a parlé des troubles d’alimentation en France. Et aussi, elle m’a éduqué sur le système de soin en France, parce que je ne savais pas dans quelle façon le system fonctionnait. Son avis sur le traitement de ces maladies m’intéressait beaucoup. J’ai utilisé trois questions que j’ai posées à Docteur Guillaume, et leurs réponses se semblaient. Cependant, les questions qui s’agissent du traitement j’ai posé à elle, et pas lui. La réponse le plus frappante qu’elle m’a donnée était comment on paye pour le traitement d’une trouble d’alimentation. J’avais pensé que tout le soin était gratuit en France, mais ce n’est pas le cas. Certains docteurs, psychologues et hôpitaux sont gratuites, mais si on voudrait visiter à un docteur ou psychologue privé, on doit payer. La sécurité sociale paye pour une partie du tarif, mais si on doit visiter à ces docteurs et psychologues souvent, ça peut devenir trop cher, comme se passe souvent aux États-Unis.

11/07/2011

Une Rencontre de la Chance

Un jour où j’étais découragé avec Montpellier, elle a réussi à me surprendre à nouveau. J’étais perdue sur ce que je savais serait une essai en vaine pour commencer ma recherché sur le terrain. J’ai été plusieurs arrêts de tram de mon quartier, le soir approchait rapidement, et je n’avais jamais trouvé le jardin qui était très important à mes études. Je m’appuyai contre un lampadaire, en regardant une carte. Puis un homme Français, sympathique et jeun, est apparu. J’ai été immédiatement à l’aise avec lui. Il m’a demandé ce que je cherchais, et m’a promené dans la bonne direction. À ma gauche développé une fantaisie en plantes. A la fois que nous avons atteint la porte du jardin, nous avons trouvé que c’était fermé. Mon nouveau compagnon, Romain, me dit d’un autre jardin j’ai pu visiter à proximité, mais je n’ai pas voulu voir un autre jardin.

J’ai expliqué à mon accompagnateur que j’étudiais le discours vitaliste dans les Lumières, et au lieu d’être confondu par mes grandes idées et peu de français, il écoutait.

Moi: Le vitalisme, ca veut dire que l’esprit et le corps ne sont pas séparables.

Lui: En quelle époque est-ce que c’est passé?

Moi: Les Lumières.

Lui: Mais ce n’est pas de tout allumée, cette idée! Et pourquoi ça vous intéressez?

Moi: J’aime beaucoup le philosophie de Descartes-

Lui: Ah!  C’est une telle contradiction. Vous êtes intéressée parce que le vitalisme réfute sa philosophie du dualisme cerveau-corps.

Moi: Exacte!

Je suis retourné au jardin une autre fois, et il m’a fait penser de la relation entre la botanise et le vitalisme. Beaucoup de propréteurs du jardin ont étés aussi chefs de la faculté de médicine, mais pourquoi ? Je propose que dans le moyen âge, les médecins essayaient a catégoriser les maladies à la même façon que les botanistes ont catégorisés les plantes. Les vitalistes ont souligné que les maladies ne sont pas catégorisable, parce que chaque personne a l’esprit unique et un corps unique, et on ne sait jamais exacte ce qui se passe dans un être humain. Les plantes n’ont pas des âmes, et ça c’est pourquoi c’est facile de leur mettre dans les catégories. Je vais continuer à investiguer cette relation dans ma recherche. Plus à suivre en retournant au jardin.

11/07/2011

Trois Rencontres Très Différentes!

Depuis que je suis à Montpellier, j’ai eu beaucoup de rencontres très intéressants par rapport à mon projet de recherche.  En faisant mes rencontres, j’essaye de trouver une variété de personnes pour avoir cette même variété dans les réponses.  Ces rencontres peuvent être divisé dans des catégories d’âge/génération ou de religion/ethnicité.

J’ai trouvé une grande différence en parlant avec des femmes françaises âgées d’une cinquantaine d’années, comparé avec les femmes plus jeunes âgées d’une vingtaine d’années.  Les femmes plus âgées avec lesquelles j’ai eu la chance de parler pensent tous que la loi de la voile intégrale est une loi très important pour préserver la culture française.  Elles étaient d’accord sur l’idée que les musulmans viennent en France et prennent l’argent et le travaille des « vrais français » et ne veulent pas essayer de s’intégrer dans la société.  Selon elles, la loi peut vraiment bénéficier la culture française.

Un deuxième type de rencontre que j’ai faite à Montpellier a été avec des jeunes femmes, qui sont à l’université.  Elles ont dit que de l’un côté, elles veulent être féministes et ne veulent donc pas que les femmes se sentent emprisonnées derrière leurs voiles.  Ainsi, à travers l’argument féministe, elles voient comment la loi peut être acceptable.  Mais, de l’autre côté, elles ont aussi dit que la loi ne devrait pas leur être imposé et que les femmes devraient avoir le choix de si elles portent la voile ou non.  Ce n’est alors pas les hommes de leurs familles qui devraient faire cette décision, mais ce n’est pas non plus la loi.  Les femmes plus jeunes ont ainsi abordé un argument essentiellement féministe alors que les femmes plus âgées ont considéré l’économie et le bien-être de la culture française.

J’ai eu ma dernière rencontre à la Mosquée En Nour de Montpellier qui est à dix minutes de marche de la Place de la Comédie.  Premièrement, avant même arriver à la Mosquée, je mes suis rendu compte de la différence entre les deux religions musulmans et chrétiens à Montpellier.  Sur une carte de la ville, tous les églises sont marquées avec des croix pour qu’ils soient faciles à trouver, alors que la Mosquée n’était pas marquée et de plus ceux qui travaillaient au bureau de tourisme n’étaient pas sur où elle se trouvait.  Quand je l’ai finalement trouvé, il n’y avait aucun signe, et aucune porte n’était ouverte pour que je puisse entré.  J’ai alors attendu que quelqu’un sorte pour pouvoir leur poser des questions.

Le premier group avec lequel j’ai eu interaction était deux hommes.  Je leur ai demandé si ils savaient si il y avait quelqu’un avec lequel je pourrais parler, et un m’a répondu que je pourrais lui poser des questions.  L’autre couvrait ses yeux pendant l’entièreté de la conversation et je sentais que je l’offensais.  J’ai donc voulu vite poser mes questions à l’autre qui ne m’a donné qu’une réponse quand je lui ai demandé ce qu’il pensait de la nouvelle loi : « Je n’ais pas le droit d’avoir un opinion ».  C’est la seule phrase qu’il a répété pendant toute la conversation, ce qui montre comment il se sent à l’écart de la société française.

J’ai ensuite parlé avec une différente personne qui dirigeait la Mosquée, mais qui parlait un français incompréhensible qui était sûrement un mélange avec l’Arabe.  J’ai du lui parler en Anglais pour qu’il comprennent ma question.  Alors que sa réponse était un peu dure de comprendre, il était claire qu’il voulait souligner que la religion et la nationalité devraient être séparés et que n’importe quelle personne avec n’importe quelle nationalité devrait avoir le droit de pratiquer n’importe quelle religion : « c’est le mot de Dieu, et ça ne change pas la culture nationale ».

Ainsi, mes rencontres différents à travers le cours de mes recherches à Montpellier ont été très intéressants et très différents les uns des autres, ce qui me permit d’établir un idée de la gamme d’opinions que cette loi entraine.

11/07/2011

Des supporters avertis

Un grand supporteur de MHSC

Je suis très contente de dire que je sois presque fini avec la première moitié de mon projet de recherche. J’ai quelques choses à faire avant de finir complètement, mais j’ai déjà interviewé trois personnes. La première était une fille montpelliéraine que j’ai rencontrée chez un ami, la deuxième était un animateur à l’Université Paul Valéry, et la troisième était une femme qui voudrait rester anonyme. Je ne veux pas vous dire des détails spécifiques des interviews; au lieu, je vais les citer dans mon projet final. Néanmoins, je vous partagerai quelques citations que j’ai trouvées intéressantes ou pertinentes. J’ai demandé aux personnes interrogées cinq questions, mais pour préserver l’intégrité de mon projet final, je révélerai seulement une:
“A votre avis (celui de la personne interrogée), est-ce que la présence des immigrés et des français nés de parents immigrés sur l’équipe Montpellier HSC améliore l’image des immigrés en général pour les Montpelliérains?”
La deuxième personne interrogée, qui est grand supporter de l’équipe, a répondu simplement avec, “Oui, ça montre les différents nationalités dans l’équipe,” mais la première a développé sa réponse un peu en disant que l’équipe donne un bon modèle de réussite aux enfants de la ville de Montpellier, beaucoup desquels viennent d’une origine immigrée.
Evidemment, j’ai une gamme de citations à utiliser. Heureusement, la plupart des réponses que j’ai reçues sont très utiles pour mon projet. Chaque personne interrogées m’a donnée quelque chose à ajouter. Alors, je suis satisfaite 🙂
Je pense que je vais interviewer quelques autres Montpelliérains. Je ne pense pas que j’aie l’occasion d’interviewer l’attachée de presse; je ne peut ni trouver ses coordonnés ni l’endroit de son bureau. J’irai, cependant, au stade ce vendredi pour rassembler des informations; peut-être je vais trouver quelqu’un qui puisse m’aider. J’irai aussi à la boutique officielle de l’équipe. Je espère que ses employés seront des personnes interrogées potentielles.
Alors, je vous laisserai avec un lien qui montre la diversité des joueurs de Montpellier HSC. Faites attention aux noms et prénoms des joueurs; vous verrez que, dix-neuf sur trente joueurs ont des noms étrangers:
http://www.mhscfoot.com/groupe-pro/les-joueurs2
C’est intéressent, n’est-ce pas?
-Maryam Kanna

10/07/2011

Next Posts Previous Posts


Introduction

Sur ce site vous trouverez les blogs de 19 étudiants du College of William and Mary qui participent au programme d’été de leur université à Montpellier. Ces blogs évoquent les projets de recherche originaux qu’ils entreprennent sous la direction du professeur Michael Leruth tout en suivant des cours de langue et de culture françaises à l’IEFE de l’université Paul-Valéry. Leurs projets traitent d’une gamme très large de sujets : de l’histoire intellectuelle de la faculté de médecine de Montpellier au rap et au football, et de la langue occitane à la politique et la pâtisserie ! En lisant leurs blogs vous vous trouverez sur le terrain de la culture vivante de la France et d’une de ses villes les plus dynamiques ! Pour mieux suivre les blogs (et le progrès des projets), cliquez sur les boutons de catégories ci-dessous.

Gallery

picnic9_071911

Categories

Recent Posts

Links