« Le Paradis Perdu »

Pour mon projet de recherche, j’ai décidé faire une interview avec un réel pied noir. J’ai cherché pour longtemps quand j’ai finalement trouvé un pied noir avec qui je pourrais parler. Elle est mon professeur ici à Montpellier Paul-Valery et elle s’appelle Madame Bérénice. Avec cette interview, j’ai appris certaines choses très intéressantes sur l’histoire des Pieds-Noirs, et aussi son histoire. Principalement, J’ai appris les choses qui m’intéressent beaucoup et qui vont m’aider dans mon projet comme l’histoire de ses ancêtres, la fuite vers la France et ce qui est arrivé en France, et ses pensées maintenant.

Avec son histoire, J’ai trouvé que son arrière grand-père était Corse et qu’en 1890 il est parti pour l’Algérie pour les raisons économies. Il a travaillé en commerce et les affaires en Oran. Avec ce début,  la famille est devenue plus Algérienne et moins Française. Mais quand la guerre pour l’indépendance Algérienne a commencé Madame Bérénice’s grands-parents ont décidé partir pour la France  pour les raisons de sécurité. Avec ses parents et ses grands-parents, petite Bérénice, avec trois ans, sont partis pour l’hexagone. Elle m’a dit qu’il était très triste à partir, spécifiquement pour ses grands-parents, qui ont littéralement emballé certaines choses dans plusieurs valises avant leur départ.

Mais grâce à le fait que son père et sa mère étaient professeurs, ils ont trouvé facilement du travail à Paris, et la situation d’elle n’est pas terrible. Pour elle il n’existait pas un sentiment d’isolement ou la ségrégation que nombreux d’autre pieds-noirs ont malheureusement trouvé. Après la guerre a fini, elle et sa mère et sa sœur sont retournées ensemble en Algérie pour faire un séjour. Pour elle, l’Algérie a s’appelée à revenir. Même si elle avait seulement trois ans quand elle est partie, elle se souvenait de l’escalier dans l’appartement de ses grands-parents. En ce moment, une famille de musulmanes algériens a habité la, mais la famille a leur traité très bien, sans problèmes, et même les rendit la vielle canne de leur grand-père. Pour Madame Bérénice, l’Algérie était un endroit qu’elle a voulu habiter une nouvelle fois. Pendant dix ans, entre 1984 et 1994, elle a habité à Alger, dans l’Algérie, avec son mari. Mais encore un fois, il n’était pas censé être. Une massive guerre civile a commencé en 1992 et encore une fois la femme avec les pieds noirs, Madame Bérénice, a quitté pour la France métropolitaine. Cependant, cette fois, elle est restée dans le Sud, à Montpellier. Depuis 1994 elle réside à Montpellier, et maintenant, elle ne veut pas revenir en Algérie.

En parlant de ses pensées maintenant, elle n’a pas beaucoup des choses à dire sur le sujet des Pieds-Noirs. Selon elle, les communautés des Pieds-Noirs sont moins et moins importantes pour beaucoup des raisons. Essentiellement, elle pense que la communauté Pied-noir se rétrécit. Les anciens européens-algériens anciens sont mourir et il n’y a plus qui sont nés en Algérie. Alors, il n’existe pas la même « menace » qui existait dans le passé. Aussi, elle pense qu’il n’y a plus un group des Pieds-Noirs parce que les Français sont Français, et pas les Pieds-Noirs, les européens, ou les autres choses. Après 50 ans, les pieds-noirs sont traités comme des égaux, entièrement. « Je crois que pas d’une différence existe après 50 ans. »

En conclusion, après une histoire tumultueuse, elle croit sa place être ici en France comme une Française. Mais elle revient souvent en Algérie pour ses séjours. Ainsi bien que ses parents, qui reviennent avec elle quelquefois. Mais pour ses grands-parents, ils n’ont malheureusement jamais retourné, pour l’Algérie était vraiment leur maison. Selon elle, sur ses grands-parents, « l’Algérie était le paradis perdu, vraiment. »

19/07/2011

Ce que mon projet m’a apprit sur la France

Les cours de français qu’on prend à l’école aux Étas Unis évoquent toujours le stéréotype de racisme qui existe dans la France moderne.  J’ai choisi de faire ce projet à cause de ce stéréotype en pensant qu’il y aura beaucoup d’information sur le sujet.  Mais après avoir finit le projet, je vois comment le sujet est flou et combien on peut le débattre sans vraiment pouvoir trouver une réponse à nos questions.  Pendant mon séjour et ma recherche, ce que j’ai trouvé comme étant le plus intéressant était les nombreux débats entre des personnes que j’ai pu commencer un parlant de mon projet de recherche.  Il n’existe aucun « opinion  français » et j’ai donc pu dépasser ces stéréotypes en faisant ma recherche.

D’autre part, ce projet m’a aussi apprit une nouvelle approche à la langue française à travers l’étude des lois.  Lire le langage de droit est très différent de lire le langage de narration.   J’ai donc eu l’opportunité de voir un nouveau type de « littérature » française pour approfondir d’autant plus mes connaissances de la langue.

J’ai beaucoup apprécié que ce projet m’a donné la chance d’apprendre beaucoup sur une culture et une religion dont je n’y connaissait rien il y avait un mois.

 

18/07/2011

Le vocabulaire de foot, le patrimoine montpelliérain

Je suis très triste que notre séjour à Montpellier soit presque fini. Le temps passe vite, tellement vite. Néanmoins, j’ai passé quelques semaines incroyables; j’ai beaucoup fait et beaucoup appris! Je n’oublierai jamais la partie montpelliéraine de ma vie. Je viens de finir mon projet de recherche. Maintenant, je dois le relire et corriger si je trouve des fautes (et je vais en trouver plusieurs, je vous assure ;P), mais j’ai écrit la dissertation elle-même. Je peut dire que, maintenant, je sais beaucoup à propos du football français, surtout montpelliérain. En particulier, j’ai appris quelques mots de vocabulaire. Par exemple, j’ai appris des mots français pour des joueurs:

Un “défenseur” est le joueur qui essaie d’empêcher des adversaires à marquer des buts, e.g. Lilian Thuram (France ’98), Garry Bocaly (Montpellier ’11)

Un “libero” est un défenseur vraiment fluide; il “balaye” le ballon si un adversaire fait une brèche dans la ligne de défense, e.g. Christian Karembeu (France ’98)

Un “ailier” est un joueur de milieu qui reste aux ailes du terrain essentiellement pour fournir des buts aux attaquants, e.g. Robert Pirès (France ’98), Karim Aït Fana (Montpellier ’11)

Un “buteur” marque des buts, e.g. Thierry Henry (France ’98), Olivier Giroud (Montpellier ’11)

J’ai aussi appris des mots français plus générals:

Les “arrêts de jeu” sont quelques minutes de temps supplémentaires qui sont donnés à la fin du match qui remplacent le temps perdu pour les blessures, les fautes commises, et cetera (“stoppage time” en anglais)

La “prolongation” est utilisée aux matchs simultanément nuls et éliminatoires; elle est donnée après les arrêts de jeu. Pendant cette période de quinze minutes, les deux équipes opposantes continuent à essayer de marquer un but (“overtime” en anglais)

Ce sont, cependant, seulement les mots! J’ai aussi beaucoup appris à propos de la culture et du patrimoine montpelliérain. Evidemment, le football est vraiment important en France, mais il est important à Montpellier aussi. J’ai rencontré beaucoup de supporters de l’équipe, et même ceux qui n’aimaient pas de foot avaient quelque chose à dire. De plus, les joueurs de l’équipe représentent vraiment la population montpelliéraine; il y a des blancs, des noirs, et des arabes, tous français; il y a des immigrés de beaucoup de pays, comme la République centrafricaine; il y a même des enfants des pieds noirs. Les joueurs de Montpellier HSC sont les symboles du peuple montpelliérain.

Quand je me suis rendue visite au stade de l’équipe, le Stade de la Mosson, j’étais frappée par son histoire et son importance. C’est le stade officiel de Montpellier Hérault Sport Club, et c’était un stade officiel du Mondial en 1998. Il y avait un quart de finale entre l’Allemagne et le Mexique au Stade de la Mosson en 1998; Zinedine Zidane y a fait son retour au football français en 2005. Le stade et assez petit, avec 32,500 sièges, mais il représente aussi le peuple montpelliérain. Il n’est pas le stade le plus grand en France. La ville de Montpellier n’est pas la plus grande en France. Mais tous les deux ont une histoire et un avenir; la ville monte et l’équipe continue à rivaliser pour le titre français, même si elle ne gagne pas maintenant. La ville et l’équipe, les jumelles montpelliéraines.

C'est moi au stade

Je partirai samedi prochain avec un sentiment de bonheur. Je suis complètement satisfaite avec mon expérience à Montpellier. J’espère y revenir un jour.

-Maryam Kanna

18/07/2011

Les pâtes, une célébration de la France

Avant d’aller en France, j’ai su que les français étaient célèbres pour leur cuisine.  Je n’ai pas su qu’il existe un vrai culte environnant les pâtes.  Si on regarde un plan de la ville de Paris sur Google et cherche des boulangeries-là, le plan serait couvert avec plus d’un mille résultats.  Il y a un endroit de vénération sur chaque coin et Montpellier n’est pas différente.   Les français ont leurs propres rites pour la cuisson et l’achat des pates qui suivent les traditions plus âgées que notre pays et qui sont protégés par des lois officielles.

Grâce  à étudier des boulangeries et des pâtisseries de la France, j’ai obtenu un aperçu sur la psyché française.  Le pain, spécifiquement la baguette, est un symbole universel de la France.   De plus, c’est un symbole des français du droit de la qualité de la vie.  Quand le peuple mouraient de faim pendant la révolution, ils ont assailli Versailles pour demander l’aide de leur monarque qui vivait en abondance.  Cet incident peut caractériser la révolution en entière ; les français ne toléreraient plus l’inégalité ni  les privilèges seigneuriaux.  Aujourd’hui, la France est une république avec beaucoup des politiques socialistes et qui ne reconnait pas des communautés individuels.  En plus, il y a des lois qui décrivent les spécifications et protègent la qualité des pâtes, évocateurs à celles qui décrivent les droits humains.   L’attirance française pour la qualité n’a pas diminué.  Malgré la présence croissante  des grosses industries, des restaurations rapides, et de l’américanisation  les français restent fiers de leur héritage.  Ils continuent à acheter le pain frais et local ; et bien sûr, ils gardent l’art et les secrets de leurs pâtisseries, la complexité desquelles est un symbole culturel soi-même.  Les pâtisseries ouvragées représentent l’appréciation que les français possèdent pour la beauté, même dans les aspects de la vie les plus triviaux.  Elles montrent aussi l’attention et le temps avec lesquels les français regardent la vie.  Les français prennent plaisir à la lenteur de la vie et ils prennent le temps pour apprécier les petits détailles quotidiens.

Montpellier possède une tradition des pâtisseries unique du sud de la France.  L’atmosphère ici est plus diverse que cela à Paris qui est plus rigide et classique.  À Montpellier, on trouve les influences du Maroc, de l’Espagne,  et des autres pays méditerranés.  Les petits gâteaux contiennent souvent des figues, des amandes, et du miel.  De plus, la crème (comme la crème catalane de l’influence du pays basque)  et le flan sont populaires et rafraichissants dans ce climat chaud.   Bien sûr, les classiques français sont partout comme les tartes au citron et les macarons.  Montpellier présente une bonne représentation de la France aujourd’hui par démontrer le mélange culturel qui définit le pays.

18/07/2011

La France Vitaliste Aujourd’hui

Mon projet m’apprit beaucoup sur l’histoire de la France, mais ce qu’on m’a demandé, c’est quoi il m’apprit à propos de la France aujourd’hui.

Les racines du vitalisme sont très fortes. Ils existent encore, dans la forme de l’homéopathie et des médecines naturelles, vendues dans chaque pharmacie à Montpellier. Les gens ici sont encore spirituelles et quelques-uns restent religieux aussi.

Montesquieu disait que le comportement d’un peuple est déterminé par leur habitat. Un climat chaud, près de la Méditerrané causerait ses gens d’être superstitieux et spirituels . Bien que la philosophie de Montesquieu soit démodé pour dire le moins et raciste pour dire le plus, je pense que ses écritures alignent avec le développement du discours vitaliste à Montpellier. Les gens ici sont relaxés et superstitieux.

Le plus frappant connexion que j’ai trouvé pendant cette recherche vient du continentalisme et du vitalisme. Les penseurs Français modernes, comme Foucault particulièrement, ne sont plus que des vitalistes avec plus de savoirs. Ils pensent, même aujourd’hui qu’on ne peut pas relier sur l’empirisme pour trouver la vérité. La tradition émotionnelle (au contraire de la tradition analytique), où on trouve le vitalisme, présuppose que l’empirisme n’est jamais assez, parce que les forces qu’on ne peut jamais découvrir agissent sur et entre les êtres humains. La Christianisme et même le poststructuralisme se trouvent à ce côté de la division.

18/07/2011

Ce que j’ai appris sur la France d’aujourd’hui et les troubles d’alimentation

En recherchant les troubles d’alimentation, j’ai appris beaucoup d’information sur la France d’aujourd’hui, en particulier le système de soin en France et aussi la psychologie en France. Les interviews que j’ai faites avec deux experts dans le domaine des troubles d’alimentation ont augmenté tout ce que j’ai appris parce que j’ai parlé aux deux personnes qui travaillent vraiment dans ce domaine. Je crois que si j’ai lu seulement les essais sur ligne ou en livres, je n’aurais pas appris tout ce que j’ai appris.
La psychanalyste, Christine Massac, m’a éduqué sur le système de soin en France. Ce système fonctionne dans une façon moins différente que celui des États-Unis que j’avais pensé avant cette interview. Essentiellement, tout le monde possède le droit d’accéder le soin, mais si on voudrait aller à un docteur privé, on doit payer la différence entre l’argent que le gouvernement donne et combien d’argent le docteur charge. Certaines lois ont été proposées pour aider les patients qui n’ont pas assez d’argent, mais les tarifs qu’on doit payer pour les hôpitaux privé qui sont souvent nécessaires pour se guérir d’une trouble d’alimentation sont trop chers pour le citoyen moyen. Donc, le gouvernement est comme assurance aux États-Unis dans le sens que le gouvernement ne peut pas payer tous les tarifs d’un patient. Souvent aux États-Unis, un patient doit payer la différence entre l’argent qu’on reçoit d’assurance et l’argent on doit payer pour rester à l’hôpital. Je n’ai pas su comment on paye pour le traitement, mais maintenant je comprends bien.
De plus, j’ai appris que le système psychologique est essentiellement la même chose en France qu’aux États-Unis. En fait, les psychologues de France ont traduit le DSM-IV (Diagnostical and Statistical Manuel, Fourth Edition) qui a été écrit par les psychologues de l’APA (American Psychological Association). Dr. Guillaume m’a montré que les attitudes sur les troubles d’alimentation en France sont similaires aux celles aux États-Unis. C’était intéressant de lire ses essais et analyser ses réponses en rapport aux attitudes aux États-Unis. Les expériences de recherche aussi sont similaires. Il me semble que tout le monde à travers le monde voudrait comprendre mieux les troubles d’alimentation et après avoir fait ce projet, je pense que je les comprends mieux dans le sens que je possède maintenant une compréhension internationale.

18/07/2011

Ce que mon projet sur l’occitan m’a appris sur la France d’aujourd’hui

Avec mon projet de recherche sur l’occitan, j’ai appris beaucoup sur la langue et la culture régionale du sud de la France. J’ai déjà su que la France était un pays très fier de son patrimoine culturel. Cependant, le sud du pays, en particulier la région Languedoc-Roussillon, aime montrer son héritage unique à part du reste de France. La plupart des gens à qui j’ai parlé pour faire ce projet ont leurs racines familiales dans « l’Occitania », et ils grandissaient en parlant l’occitan chez eux.

J’ai appris qu’aujourd’hui, la France est plus tolérant de langues régionales que dans le siècle dernier. Maintenant, on enseigne l’occitan aux certaines écoles publiques pendant un moitié du temps, et il y a des panneaux bilingues en français et occitan dans les rues de certaines villes. Il y a aussi des organisations privées, comme les Calendretas, qui enseignant l’occitan à part des écoles publiques. Pour promouvoir la langue, il y a des radios et des chaînes de télévision régionales qui font les émissions en occitan, des musées sur la culture occitan—comme le musée Fougau à Montpellier—et des journaux qui sont publiés en occitan. Il y a même une médiathèque à Béziers qui existe pour conserver l’histoire d’occitan. De plus, on a des festivals pour fêter la culture occitane, pendant l’été en particulier.

Néanmoins, l’occitan reste une langue en péril. Certains gens, dans les régions au nord de France en particulier, trouvent l’accent de quelqu’un qui parle l’occitan d’être amusant, ou même un signe d’ignorance. Cette attitude n’est pas vraiment surprenante, parce qu’aux États-Unis, il y a un phénomène similaire: les gens au nord pensent quelquefois que l’accent des gens qui viennent des états au sud indique que la personne est moins éduquée.

J’ai trouvé que les gens dans la région Languedoc-Roussillon parlent l’occitan essentiellement pour être partie d’une communauté avec une riche histoire. Personne ne le parle pour communiquer à l’échelle mondiale ou même nationale. C’est donc une langue qui a une valeur sentimentale, et qui crée une identité distincte de toutes les autres régions de France.

16/07/2011

Ce que mon projet m’a appris sur Montpellier

Avant d’arriver à Montpellier, je pensais que l’environnement des affaires à Montpellier serait plus similaire à l’environnement des affaires aux Etats-Unis. Et pendant mes premiers jours à Montpellier, j’ai vu le symbole de Montpellier Agglomération partout et, donc, je continuais à penser que Montpellier était un grand « hub » de business. Ensuite, j’ai parlé avec M. Mendoza qui travaille avec Orange Telecom et après cet interview, je me suis rendue compte que l’environnement des affaires à Montpellier était tellement différent de ce que j’avais pensé au début de mon projet de recherche.

Grace à mon interview avec M. Mendoza, j’ai commencé à comprendre que Montpellier n’est ni vraiment urbain ni rural ; Montpellier est le sud de France et le soleil, le temps, et la plage dominent. De plus, Montpellier a beaucoup d’étudiants et, donc, c’est une jeune ville avec beaucoup de créativité. Il n’y a pas beaucoup de grandes entreprises à Montpellier ; le Chambre de Commerce et l’Office du Tourisme mentionnent toujours IBM et Dell parce que ces entreprises sont fondées à Montpellier mais je pense qu’IBM et Dell sont plus comme une exception. J’ai appris que Toulouse est le grand « hub » de business dans le sud de France et que les français déménagent à Montpellier en raison du soleil.

Ensuite, je suis allée à L’ICF de Chambre de Commerce de Montpellier où j’ai participé à une réunion d’information pour créer une entreprise. Dans le groupe, il y avait huit femmes et trois hommes et leurs âges variaient de 25 à 65 ans. Un homme voulait créer une boutique de jeu vidéo, une femme voulait créer une librairie, une autre femme voulait ouvrir un café, et une autre femme voulait posséder une boutique artistique. Ces idées reflètent chaque individu et leurs intérêts et cela m’a fait réaliser que l’environnement des affaires à Montpellier est plus spécialisé et unique que l’environnement des affaires que je connais aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, l’environnement des affaires est dominé par les grandes entreprises qui démontrent l’efficacité, les bonnes qualités de chef, la collaboration et le génie. Je crois que les entreprises montpelliéraines sont plus personnelles et démontrent le plus lent mode de vie dans le sud de France. Les grandes entreprises existent et les boutiques sont créatives mais ils ne ressemblent pas aux entreprises américaines. Je sais qu’il est possible que le groupe des gens au programme de l’ICF que j’ai rencontré ne soit pas représentatifs de toutes les entreprises de Montpellier. De plus, il est possible que je ne connaisse pas tous les environnements des affaires aux Etats-Unis, mais je pense que mes expériences à Montpellier démontrent que le temps et le soleil ont une grande influence sur l’environnement des affaires à Montpellier. J’ai appris que la qualité de la vie domine Montpellier et les montpelliéraines.

16/07/2011

Qu’est-ce que j’ai appris de mon projet?

Avant de mon départ, je ne bien comprenais pas la politique de Montpellier et aussi la France. En plus, je pensais que la politique était très diffèrent que la politique de Virginie et des Etats-Unis. J’étais confus : pourquoi est-ce que les citoyens de Montpellier ont élu un homme pour être le maire qui avait été exclu de son propre parti politique ? Mais après deux semaines à Montpellier, j’ai beaucoup appris au sujet de la politique de Montpellier.

Premièrement, j’ai appris que la politique locale de Montpellier n’est pas très différente que la politique de Virginie. Quand j’ai lu les déclarations controversées de Georges Frêche, je ne comprenais pas pourquoi les citoyens de Montpellier continuaient de choisir cet homme pour représenter la région. Mais après j’ai parlé aux quelques citoyens (et après j’ai lu beaucoup d’articles au sujet de Frêche) je me suis rendu compte que cet homme a vraiment transformé et a enrichi cette ville économiquement et socialement. Il avait fait construire un système du tram essentiel pour Montpellier, il a encouragé les festivals culturels…Montpellier est la ville plein de ville qu’elle est aujourd’hui grâce aux mesures de Monsieur Frêche. Une homme de Montpellier m’a dit que Georges Frêche est moins aimé à Paris, et je pense que c’est à cause du fait que les Parisiens ne profitent pas directement des mesures de Frêche. Ils ont entendus les déclarations de l’homme, mais moins à propos de ses actions pour Montpellier. Peut être c’est un mauvais exemple mais j’ai fait le rapprochement entre les scandales dans la presse des déclarations de Frêche et le choix de mots pauvre que George Allen en Virginie a utilisé il y a cinq années pendant un discours. Comme une citoyen de Virginie et une sympathisante de Monsieur Allen, bien sûr je ne pense pas qu’il est un homme raciste. Mais pour quelqu’un qui ne sait beaucoup au sujet de George Allen et ses mesures ou sa personnalité, si c’est la seule chose que vous savez, c’est facile de cataloguer Allen « ignorant ».

De plus, j’ai appris que le parti le plus représenté (le parti Socialiste) de Montpellier se concentre beaucoup sur les jeunes, quelque chose que je pense est diffèrent que les partis aux Etats-Unis. Quand j’ai parlé à l’homme qui travaille au siège du parti Socialiste de Montpellier, il m’a dit que les chefs du parti veulent aider les jeunes citoyens avec l’emploi, des logements, et l’occasions pour du succès dans la communauté. C’est quelque chose que j’espère que je vois plus en Virginie, parce que nous sommes la nouvelle génération. Mais quand il m’a dit que la campagne des chefs du parti Socialiste pendant la prochaine élection ont été inspirés par la campagne d’Obama, je me suis rendu compte que la politique d’un pays est valable aux autres. Donc, j’ai découvert des différences et aussi des similarités entre la politique de Virginie et la politique de Montpellier.

Cette expérience m’a donnée une nouvelle appréciation pour la politique d’autres pays. Après mon séjour à Montpellier, je suis plus intéressée à la politique d’autres régions de la France en particulier, et c’est quelque chose que je veux continuer d’étudier à William et Mary !

-Madelaine Spangler

16/07/2011

La Primaire Présidentielle Socialiste

La probabilité qu’on trouve la vérité de l’affaire Dominique Strauss-Kahn est plutôt petite.  Ce qui est sûr, c’est que les primaires sont plus compétitives avec la perte de DSK.  Aujourd’hui, les deux candidats principaux sont Martine Aubry et François Hollande avec Ségolène Royal typiquement en troisième place.

Les derniers sondages d’Ifop indiquent que c’est une primaire plus compétitive.  Pour le premier tour 42% des répondants préfèrent François Hollande, 41% sont pour Martine Aubry, 9% pour Ségolène Royal, 4% pour Manuel Valls et 3% pour Arnaud Montebourg.  Si ensemble c’est des sympathisants de gauche, chaque candidat reçoit 50% des votes.  Si ensemble c’est des sympathisants socialistes, 53% des répondants préfèrent François Hollande contre 47% pour Martine Aubry.  Néanmoins, c’est important de se rappeler que ces sondages peuvent beaucoup changer.  Le premier tour est le 9 octobre 2011 avec un second tour le 16 octobre 2011 si personne ne reçoit une majorité.

Pour trouver la perspective de militant, une amie et moi avons visité l’office du Parti Socialiste de Montpellier.  Nous avons parlé avec un homme qui s’appelle Kareem Ben Saada.  Il est un activiste pour le parti socialiste depuis treize ans.  Il est devenu militant à cause des changements sociaux quand Lionel Jospin était premier ministre et le Front National avait la majorité à Toulon.

Il pense maintenant avec l’affaire Dominique Strauss-Kahn que la primaire est entre Martine Aubry et François Hollande.  Il dit, « la primaire pourrait être une source de conflit, mais c’est plus important, les gens peuvent choisir. »  Il n’a pas voulu dire son choix, mais c’est aussi possible qu’il n’a pas encore décidé.

N’oublie pas le candidat de 2007

Ségolène Royal ne gagnera probablement pas, mais elle pourrait déterminer qui gagne. Son approbation pourrait facilement changer quelques votes.  François Hollande et Ségolène Royal étaient un couple pendant presque trente ans et ils ont eu quatre enfants.  Ils se sont séparés en juin 2007 après l’élection présidentielle et des rumeurs d’infidélité de François Hollande.  Aujourd’hui, François Hollande est couplé avec une journaliste qui s’appelle Valérie Trierweiler, une liaison qui pose encore des questions.  Les vieux détails pourraient reparaître ou les nouveaux détails pourraient apparaître.  Après l’affaire Dominique Strauss-Kahn, les électeurs français sont peut-être fatigués de ces débats contentieux.

Bien sûr, ceci ne signifie pas que Ségolène Royal aime Martine Aubry.  Après tout, c’était Martine Aubry qui a battu Ségolène Royal pour être le premier secrétaire du parti socialiste.  Une élection que Martine Aubry a gagné avec seulement 67.451 (50,04%) contre 67.349 (49,96%) pour Ségolène Royal.  Pour ceux qui se souviennent, Ségolène Royal est émotive et quelquefois imprévisible.  Alors, c’est possible qu’elle pourrait attaquer les deux avec l’espoir qu’elle pourrait gagner.  Ensemble tout devient possible, mais diviser beaucoup peut aussi passer.

13/07/2011

Next Posts Previous Posts


Introduction

Sur ce site vous trouverez les blogs de 19 étudiants du College of William and Mary qui participent au programme d’été de leur université à Montpellier. Ces blogs évoquent les projets de recherche originaux qu’ils entreprennent sous la direction du professeur Michael Leruth tout en suivant des cours de langue et de culture françaises à l’IEFE de l’université Paul-Valéry. Leurs projets traitent d’une gamme très large de sujets : de l’histoire intellectuelle de la faculté de médecine de Montpellier au rap et au football, et de la langue occitane à la politique et la pâtisserie ! En lisant leurs blogs vous vous trouverez sur le terrain de la culture vivante de la France et d’une de ses villes les plus dynamiques ! Pour mieux suivre les blogs (et le progrès des projets), cliquez sur les boutons de catégories ci-dessous.

Gallery

ranchlunch2_072211

Categories

Recent Posts

Links