Posts filed under 'Histoire et patrimoines culturels'

Interview Folklorique

Le cœur du folklore reste avec son peuple. Donc, pour comprendre vraiment le sens du sujet, j’ai fait une interview avec Monsieur Thierry Lupi, de la Vigan au Languedoc. Il m’a raconté quelques histoires de son village. Le premier conte, il m’a dit, a presque 1000 ans. Il parle de trois fils d’un seigneur, qui sont tous tombés amoureux d’une belle fille. Chacun a demandé de la marier. Comme chacun était très beau, intelligent, et riche, elle ne pouvait pas décider. Donc, elle les envoyait aux croisades, en disant que quand ils reviennent, l’homme qui la dirait des exploits les plus magnifiques sera son mari. Donc, les trois frères sont partis pour les croisades, et après quelques mois durs, ils son revenus. Mais à leur chagrin, ils trouvaient la fille qu’ils ont aimé est morte. Ils étaient si découragés qu’ils se sont consacrés à dieu. Ils sont partis en ermitage. Le premier frère, qui s’appelle Guilhelm, s’est installé sur le montagne qui aujourd’hui s’appelle St Guilhelm le désert. Le deuxième frère, qui s’appelle Loup, s’est installé sur le montagne qui est maintenant Pic St Loup. Le troisième encore s’est installé où le montagne St Guiral s’est situé maintenant. Monsieur Lupi m’a dit aussi que le folklore est plus important aux petits village du Languedoc qu’aux grands villes. Mais il a dit que là, c’est important à tout le monde, pas juste les mémoires racontés des vieux ou les contes des fées pour les enfants.

July 21st, 2011

La France Vitaliste Aujourd’hui

Mon projet m’apprit beaucoup sur l’histoire de la France, mais ce qu’on m’a demandé, c’est quoi il m’apprit à propos de la France aujourd’hui.

Les racines du vitalisme sont très fortes. Ils existent encore, dans la forme de l’homéopathie et des médecines naturelles, vendues dans chaque pharmacie à Montpellier. Les gens ici sont encore spirituelles et quelques-uns restent religieux aussi.

Montesquieu disait que le comportement d’un peuple est déterminé par leur habitat. Un climat chaud, près de la Méditerrané causerait ses gens d’être superstitieux et spirituels . Bien que la philosophie de Montesquieu soit démodé pour dire le moins et raciste pour dire le plus, je pense que ses écritures alignent avec le développement du discours vitaliste à Montpellier. Les gens ici sont relaxés et superstitieux.

Le plus frappant connexion que j’ai trouvé pendant cette recherche vient du continentalisme et du vitalisme. Les penseurs Français modernes, comme Foucault particulièrement, ne sont plus que des vitalistes avec plus de savoirs. Ils pensent, même aujourd’hui qu’on ne peut pas relier sur l’empirisme pour trouver la vérité. La tradition émotionnelle (au contraire de la tradition analytique), où on trouve le vitalisme, présuppose que l’empirisme n’est jamais assez, parce que les forces qu’on ne peut jamais découvrir agissent sur et entre les êtres humains. La Christianisme et même le poststructuralisme se trouvent à ce côté de la division.

July 18th, 2011

Ce que mon projet sur l’occitan m’a appris sur la France d’aujourd’hui

Avec mon projet de recherche sur l’occitan, j’ai appris beaucoup sur la langue et la culture régionale du sud de la France. J’ai déjà su que la France était un pays très fier de son patrimoine culturel. Cependant, le sud du pays, en particulier la région Languedoc-Roussillon, aime montrer son héritage unique à part du reste de France. La plupart des gens à qui j’ai parlé pour faire ce projet ont leurs racines familiales dans « l’Occitania », et ils grandissaient en parlant l’occitan chez eux.

J’ai appris qu’aujourd’hui, la France est plus tolérant de langues régionales que dans le siècle dernier. Maintenant, on enseigne l’occitan aux certaines écoles publiques pendant un moitié du temps, et il y a des panneaux bilingues en français et occitan dans les rues de certaines villes. Il y a aussi des organisations privées, comme les Calendretas, qui enseignant l’occitan à part des écoles publiques. Pour promouvoir la langue, il y a des radios et des chaînes de télévision régionales qui font les émissions en occitan, des musées sur la culture occitan—comme le musée Fougau à Montpellier—et des journaux qui sont publiés en occitan. Il y a même une médiathèque à Béziers qui existe pour conserver l’histoire d’occitan. De plus, on a des festivals pour fêter la culture occitane, pendant l’été en particulier.

Néanmoins, l’occitan reste une langue en péril. Certains gens, dans les régions au nord de France en particulier, trouvent l’accent de quelqu’un qui parle l’occitan d’être amusant, ou même un signe d’ignorance. Cette attitude n’est pas vraiment surprenante, parce qu’aux États-Unis, il y a un phénomène similaire: les gens au nord pensent quelquefois que l’accent des gens qui viennent des états au sud indique que la personne est moins éduquée.

J’ai trouvé que les gens dans la région Languedoc-Roussillon parlent l’occitan essentiellement pour être partie d’une communauté avec une riche histoire. Personne ne le parle pour communiquer à l’échelle mondiale ou même nationale. C’est donc une langue qui a une valeur sentimentale, et qui crée une identité distincte de toutes les autres régions de France.

July 16th, 2011

Une Rencontre de la Chance

Un jour où j’étais découragé avec Montpellier, elle a réussi à me surprendre à nouveau. J’étais perdue sur ce que je savais serait une essai en vaine pour commencer ma recherché sur le terrain. J’ai été plusieurs arrêts de tram de mon quartier, le soir approchait rapidement, et je n’avais jamais trouvé le jardin qui était très important à mes études. Je m’appuyai contre un lampadaire, en regardant une carte. Puis un homme Français, sympathique et jeun, est apparu. J’ai été immédiatement à l’aise avec lui. Il m’a demandé ce que je cherchais, et m’a promené dans la bonne direction. À ma gauche développé une fantaisie en plantes. A la fois que nous avons atteint la porte du jardin, nous avons trouvé que c’était fermé. Mon nouveau compagnon, Romain, me dit d’un autre jardin j’ai pu visiter à proximité, mais je n’ai pas voulu voir un autre jardin.

J’ai expliqué à mon accompagnateur que j’étudiais le discours vitaliste dans les Lumières, et au lieu d’être confondu par mes grandes idées et peu de français, il écoutait.

Moi: Le vitalisme, ca veut dire que l’esprit et le corps ne sont pas séparables.

Lui: En quelle époque est-ce que c’est passé?

Moi: Les Lumières.

Lui: Mais ce n’est pas de tout allumée, cette idée! Et pourquoi ça vous intéressez?

Moi: J’aime beaucoup le philosophie de Descartes-

Lui: Ah!  C’est une telle contradiction. Vous êtes intéressée parce que le vitalisme réfute sa philosophie du dualisme cerveau-corps.

Moi: Exacte!

Je suis retourné au jardin une autre fois, et il m’a fait penser de la relation entre la botanise et le vitalisme. Beaucoup de propréteurs du jardin ont étés aussi chefs de la faculté de médicine, mais pourquoi ? Je propose que dans le moyen âge, les médecins essayaient a catégoriser les maladies à la même façon que les botanistes ont catégorisés les plantes. Les vitalistes ont souligné que les maladies ne sont pas catégorisable, parce que chaque personne a l’esprit unique et un corps unique, et on ne sait jamais exacte ce qui se passe dans un être humain. Les plantes n’ont pas des âmes, et ça c’est pourquoi c’est facile de leur mettre dans les catégories. Je vais continuer à investiguer cette relation dans ma recherche. Plus à suivre en retournant au jardin.

July 11th, 2011

Il y était une fois…

…que j’habitais à Montpellier, France! Alors, cette fois est maintenant. Pendant mon temps en Montpellier, je ferai un projet de recherche sur le folklore Languedocien. Le folklore s’est composé des chansons, côtumes, et fêtes traditionels. Peut-être la partie la plus importante du folklore français est les contes. La France a une histoire riche des contes de fées, des légendes, et des mythes transmits par les gaules, les franques, les romains et les occitanes. Les leçons apprennés par les contes sont les fondements d’une culture des morales partagées. Comme le folklore est la base de la culture moderne, les contes sont les bases des attitudes des individuels, à l’argent, à l’amour et à la famille.
Beaucoup de ces contes existent seulement en forme orale. Pour avoir une expérience vraiment Montpellierienne, je vais demander aux familles adoptives des étudiants de William & Mary de raconter des contes des fées, des légendes ou des mythes qu’ils connaissent. Je vais aussi demander comment ils les apprennaient et l’importance des contes à leurs familles. En plus, je vais visiter le Musée Languedocien (), où il y a beaucoup des objets culturels et folkloriques qui peut-être vont m’aider.
Je vais analyser les coutumes folkloriques, en particulier les contes que j’apprendrai, pour trouver ce qu’ils disent de la culture Languedocienne. Je suis un peu intimidée car recemment j’ai changé mon plan du projet de la cuisine Languedocienne au folklore; cependant, je pense que mon sujet nouveau me donnera plus des opportunautés pour me plonger dans la vie Montpellierienne. La cuisine et le folklore sont des importances égales, mais je préfère le folklore parce que l’histoire est plus accessible pour un étudiant comme moi. En plus, malgrés qu la cuisine et plus célèbre de la France, le foklore est plus omniprésent.

July 8th, 2011

Le résumé de mes interviews sur l’occitan

Pendant ma deuxième semaine à Montpellier, j’ai parlé à trois différents spécialistes sur la langue et la culture occitane. Mon premier contact, Hugues Bernet, directeur de la Calendreta dau Clapàs, a répondu aux mes questions par email. Il m’a donné beaucoup de renseignements sur la programme de son institution et sur l’usage de l’occitan aujourd’hui dans la région Languedoc-Roussillon.

Mon deuxième contact était Bruno Cécillon, directeur de la Ràdio Lenga d’Oc. Je lui ai interviewé par téléphone. Il était très occupé parce que la Ràdio est présent à plusieurs festivals pendant l’été, comme ceux à Béziers, Rodez, et d’autres villes. De toute façon, il a trouvé le temps de me parler sur son travail et l’évolution de la Ràdio pendant les ans depuis sa fondation. Il m’a parlé de l’utilité de l’internet pour la diffusion de l’occitan aujourd’hui, et il m’a dit qu’un des objectifs de la Ràdio est que « n’importe quel moment de la jour ou de la nuit, chaque personne puisse avoir la possibilité [d’entendre] l’occitan ».

Mon troisième contact, Raymond du Cardenoy, enseigne l’occitan au musée Fougau dans la vieille ville de Montpellier. Le musée, qui est ouvert le mercredi et le jeudi, a une salle où on se rencontre pour la classe. J’ai fait le tour du musée et puis j’ai posé quelques questions au guide. Elle m’a présenté à Monsieur du Cardenoy, qui était en train de préparer pour la classe. Comme tous mes contacts, il était content de parler sur un sujet qu’il aime pour quelques minutes, bien que je n’ai pas lui contacté en avance pour faire un entretien. Il m’a parlé un peu de l’histoire de l’occitan et puis de la position de l’occitan dans la société aujourd’hui.

J’ai trouvé surprenant que tous ces gens veuillent trouver le temps de me parler sur cet sujet. Mais je crois que car l’occitan est un aspect fondamental de leurs vies, ils veulent qu’autres gens en apprendre plus.

July 8th, 2011

L’argot en France

Avant que je sois arrivée à Paris, j’ai acheté un livre d’argot français qui contient 101 phrases familières. Après j’ai fait la connaissance de Myriam, je lui ai dit toutes mes phrases pour voir si les français utilisent ces phrases en réalité. Quelle surprise, la plupart des phrases sont vraiment utilisées en France. Chacun dans notre groupe a entendu chaque phrase que je trouve intéressant plusieurs fois, tellement que mes amis les disent quotidien.

J’ai eu une opportunité pour utiliser une phrase de mon livre avec quelqu’un que je ne connais pas. Le deuxième soir à Paris, nous marchions sur un pont sur la Seine quand un groupe de garçons bourrés a commencé à marcher avec nous. Ils me cassaient les pieds, donc j’ai dit « ça suffit, laissez-moi tranquille s’il vous plait », et il a marché ! Ils m’ont laissé tranquille. Tandis que cette phrase n’est pas l’argot (c’est seulement une phrase utile à Paris qui est bien traduite en anglais), cet évènement a piquer mon intérêt dans la langue familière et puis, l’argot.

Depuis lors, j’ai déjà eu quelques opportunités pour pratiquer mes phrases, et chaque fois, la personne à laquelle je parle me trouve amusante. J’ai rencontré quelques Parisiens et quelques Montpelliérains depuis que nous soyons arrives, et je leur ai dit mes phrases favorites : « c’est un beau morceau » (meaning : he/she is cute) et « va voir ailleurs si j’y suis » (meaning : leave me alone). J’aime bien les traductions littérales de ces phrases : « he/she is a hansome morsel » et « go somewhere else, see if I’m there ». Tous les gens avec qui j’ai parlé connaissaient la deuxième phrase, mais chacun pensait que je parlais de la viande quand j’ai dit « c’est un beau morceau ».

J’ai vite appris que mon accent américain est tellement fort que les français, pour la plupart, rient quand je leur dis mes phrases. Néanmoins, je suis déterminée à faire parfait mes phrases d’argot.

Ma recherche est très intéressante jusqu’à maintenant et je suis très heureuse que j’ait choisi un sujet que je trouve intéressant et qui me laisse à parler souvent avec les français.

July 5th, 2011

L’occitan

Mon sujet de recherche est le bilinguisme d’occitan et de français des gens qui habitent à Montpellier, dans la région Languedoc-Roussillon en France. L’occitan est une langue concentrée dans la sud de la France, le Val d’Aran en Espagne, et les Vallées occitanes en Italie. Le but de ma recherche est à analyser le rôle culturel-social de la langue occitan, et l’utilité de cette langue aujourd’hui dans un monde globalisé. Mon hypothèse est qu’on parle l’occitan essentiellement pour préserver l’histoire culturelle de cette langue, et non pas pour d’autres raisons; par exemple, pour faire les relations d’affaires. En particulier, je voudrais apprendre quel statut la langue occitan a à Montpellier. Je voudrais savoir combien de gens le parlent, et si on parle l’occitan en publique ou seulement chez soi. Je vais chercher aussi combien de gens enregistrent leurs enfants aux écoles bilingues, et quel rôle l’occitan joue dans la vie journalière des Français. En plus, je vais chercher les informations sur la transmission de l’occitan par quelques moyens de technologie. J’ai choisi ce sujet parce que je fais une double-spécialisation en linguistique et français à William et Mary; donc, c’est un choix qui incorpore mes deux intérêts scolaires.

Pour faire mes recherches, j’ai contacté le directeur de la Calandreta dau Clapàs, une école primaire à Montpellier qui fait une programme d’immersion en langue occitan pour les élèves qui ont environ 5-12 ans. Il m’a répondu avec beaucoup des informations sur l’école et sur l’occitan en général. J’ai contacté aussi quelqu’un lié avec la Ràdio Lenga d’Òc pour apprendre plus sur les programmes de diffusion qui sont pour la plupart en occitan. Au début, je pensais que je peux assister aux concerts occitans et visiter des sites occitans dans autres villes, comme Lo Cirdòc, une médiathèque occitane à Béziers. En fait, c’est trop difficile de trouver le temps et les moyens de transport pour faire toutes ces choses. Donc, je vais limiter la portée de mes recherches aux méthodes d’enseignement et de diffusion d’occitan.

Vous trouverez ci-dessous des photos des symboles occitans.

July 4th, 2011

Vitalisme Blog No.1

Au début, mes objectifs ont étés « étudier le médicine vitaliste dans la ville Montpellier et savoir le contexte culturelle de cette mouvemente qui vient de la siècle de lumière » et pour la plupart, ils restent comme ça.

D’abord, le grand parti de ma recherche s’agissait du siècle des lumières en France, mais maintenant, je trouve intéressantes les idées de vitalisme qui existe ici aujourd’hui et celles qui ont précédées le siècle des lumières. On peut arguer que le vitalisme vient d’avant le moyen-âge et des racines spirituelles et religieuses dans la communauté Montpelliéraine. Et maintenant dans la ville, on voit souvent des centres de la médicine homéopathique, des centres de yoga, etc.

Quelques questions auxquels je suis en train de répondre avec ma recherche sont:

  1. C’est quoi le vitalisme?
  2. Quelles sont les implications philosophiques de ce mouvement ?
  3. Comment est-ce que le vitalisme est uniquement Montpelliéraine?
  4. Qui était les promoteurs de ce mouvement ?
  5. Comment est-ce que le vitalisme était reçu par le reste de la France et du monde ?
  6. Est-ce que les idées des philosophes vitalistes durent aujourd’hui en Montpellier ?

Originalement, j’avais eu envie de visiter la faculté de la médicine en Montpellier pour regarder les exhibitions et d’entretenir le directeur ou quelques profs et leur demander du curriculum. Maintenant, je pense qu’il sera plus raisonnable de aller voir le musée de la faculté de la médicine et quelques autres endroits dans la ville, sauf parler avec un expert. Les églises et le jardin des plantes seront utiles pour ma recherche. Les belles églises et leurs importances en Montpellier montrent que la religion, le spectacle, la passion, et la croissance sont irrépressibles dans les gens ici, et je pense que ses émotions ont affectés leur croyance dans la médicine aussi. Le jardin des plantes, j’ai trouvé dans ma recherche, est inséparable de la mouvement vitaliste, parce qu’elle s’est liée avec la botanise, et ses surveillants étaient quelques des plus importants vitalistes dans l’Europe dans le siècle des lumières.

Ma source première en recherche aux livres, celle d’Elizabeth Williams, souligne que le vitalisme était développé  en raison de la situation unique de Montpellier, et moi je pense que son climat et son histoire profondément ancrée dans la religion conduit ses experts médicaux à rechercher un approche plus spirituelle, plus chaud à la médecine. Williams appelle le mouvement un « mobilisation des savoirs locaux », et ma première semaine ici souligne cette assertion.

July 4th, 2011


Introduction

Sur ce site vous trouverez les blogs de 19 étudiants du College of William and Mary qui participent au programme d’été de leur université à Montpellier. Ces blogs évoquent les projets de recherche originaux qu’ils entreprennent sous la direction du professeur Michael Leruth tout en suivant des cours de langue et de culture françaises à l’IEFE de l’université Paul-Valéry. Leurs projets traitent d’une gamme très large de sujets : de l’histoire intellectuelle de la faculté de médecine de Montpellier au rap et au football, et de la langue occitane à la politique et la pâtisserie ! En lisant leurs blogs vous vous trouverez sur le terrain de la culture vivante de la France et d’une de ses villes les plus dynamiques ! Pour mieux suivre les blogs (et le progrès des projets), cliquez sur les boutons de catégories ci-dessous.

Gallery

nimes2-5_070311

Categories

Recent Posts

Links