Posts filed under 'Décolonisation, immigration et multiculturalisme'

Pour Comprendre la Francité

Depuis la Révolution en 1789, les Français ont constamment évolué en tant qu’un peuple démocratique. Toujours, ils ont face à l’adversité et même si qu’ils ont crée leur cinquième république, travers de nombreuses épreuves, ils ont travaillé pour lutter contre le racisme et la discrimination, tout pour fondent une identité uniquement française. Pour moi, après beaucoup de travail, de recherche, et des expériences dan la ville parmi les habitants,  j’ai appris nombreux des choses intéressants qui me montre comment les français ont évolué, tout grâce à mon projet de recherche.

Quand je me préparais pour le projet avec la recherche, j’ai lit d’information sur le sort des pieds-noirs sur la difficulté à rejoindre l’hexagone de la France métropolitaine. Le gouvernement a dû créer un environnement accueillant pour les expatriés de retour. Même si certains français ont été menacés quand les pieds-noirs sont rentrés l’état, la France d’aujourd’hui n’a pas un problème avec la communauté pieds-noirs. Les français ont rapidement réalisé que cette nouvelle population peut aider dans l’agrandissement de la nation, une nation qui n’a pas assez de gens à grandir seulement moins de vingt ans après la Seconde Guerre Mondiale.

Eventuellement la communauté pied-noir était accueille, comme j’ai lit dans mes livres. Mais les expériences avec les gens de la Sud et des Pieds-Noirs en France me rendent avec plus de compréhension qu’avant mes études ici. Pour moi, après toutes les choses que j’ai découvert, la France est plus similaire aux Etats-Unis que je pensais. Tous les deux sont les protecteurs de la démocratie du monde et ils veulent devenir la lumière pour le monde à suivre. Mais selon l’histoire, tous les deux n’ont jamais vraiment la responsabilité à prendre les autres qui sont pauvres des nations étrangers. En fait, les Etats-Unis et la France se ressemblent dans ce cas. Quand les Pieds-Noirs ont eu besoin d’aider et les bras ouverts pour leur retour, les Français les ont ignorés comme la même façon des Anglo-américains ont ignoré des pauvres immigrants européens, comme les Irlandaises,  les Italiennes, les Chinois, etc., qui ont voulu recommencer leurs vies aux Etats-Unis. Mais encore, en la même façon, tous les deux ont pris certain temps pour s’adapter à ces nouvelles personnes, et dans le temps, ces nouvelles personnes ont devenu des Américains ou des Français.

La France d’aujourd’hui est vraiment un endroit d’opportunité et de la compréhension. Peut-être pas à la première instant, mais dans le temps, oui les Français, comme les Américains vous accepterez. Grâce à mon projet de recherche, et mes interviews avec les gens Français, j’ai appris un nouvel intellect de la manière française et le concept de francité.

July 19th, 2011

« Le Paradis Perdu »

Pour mon projet de recherche, j’ai décidé faire une interview avec un réel pied noir. J’ai cherché pour longtemps quand j’ai finalement trouvé un pied noir avec qui je pourrais parler. Elle est mon professeur ici à Montpellier Paul-Valery et elle s’appelle Madame Bérénice. Avec cette interview, j’ai appris certaines choses très intéressantes sur l’histoire des Pieds-Noirs, et aussi son histoire. Principalement, J’ai appris les choses qui m’intéressent beaucoup et qui vont m’aider dans mon projet comme l’histoire de ses ancêtres, la fuite vers la France et ce qui est arrivé en France, et ses pensées maintenant.

Avec son histoire, J’ai trouvé que son arrière grand-père était Corse et qu’en 1890 il est parti pour l’Algérie pour les raisons économies. Il a travaillé en commerce et les affaires en Oran. Avec ce début,  la famille est devenue plus Algérienne et moins Française. Mais quand la guerre pour l’indépendance Algérienne a commencé Madame Bérénice’s grands-parents ont décidé partir pour la France  pour les raisons de sécurité. Avec ses parents et ses grands-parents, petite Bérénice, avec trois ans, sont partis pour l’hexagone. Elle m’a dit qu’il était très triste à partir, spécifiquement pour ses grands-parents, qui ont littéralement emballé certaines choses dans plusieurs valises avant leur départ.

Mais grâce à le fait que son père et sa mère étaient professeurs, ils ont trouvé facilement du travail à Paris, et la situation d’elle n’est pas terrible. Pour elle il n’existait pas un sentiment d’isolement ou la ségrégation que nombreux d’autre pieds-noirs ont malheureusement trouvé. Après la guerre a fini, elle et sa mère et sa sœur sont retournées ensemble en Algérie pour faire un séjour. Pour elle, l’Algérie a s’appelée à revenir. Même si elle avait seulement trois ans quand elle est partie, elle se souvenait de l’escalier dans l’appartement de ses grands-parents. En ce moment, une famille de musulmanes algériens a habité la, mais la famille a leur traité très bien, sans problèmes, et même les rendit la vielle canne de leur grand-père. Pour Madame Bérénice, l’Algérie était un endroit qu’elle a voulu habiter une nouvelle fois. Pendant dix ans, entre 1984 et 1994, elle a habité à Alger, dans l’Algérie, avec son mari. Mais encore un fois, il n’était pas censé être. Une massive guerre civile a commencé en 1992 et encore une fois la femme avec les pieds noirs, Madame Bérénice, a quitté pour la France métropolitaine. Cependant, cette fois, elle est restée dans le Sud, à Montpellier. Depuis 1994 elle réside à Montpellier, et maintenant, elle ne veut pas revenir en Algérie.

En parlant de ses pensées maintenant, elle n’a pas beaucoup des choses à dire sur le sujet des Pieds-Noirs. Selon elle, les communautés des Pieds-Noirs sont moins et moins importantes pour beaucoup des raisons. Essentiellement, elle pense que la communauté Pied-noir se rétrécit. Les anciens européens-algériens anciens sont mourir et il n’y a plus qui sont nés en Algérie. Alors, il n’existe pas la même « menace » qui existait dans le passé. Aussi, elle pense qu’il n’y a plus un group des Pieds-Noirs parce que les Français sont Français, et pas les Pieds-Noirs, les européens, ou les autres choses. Après 50 ans, les pieds-noirs sont traités comme des égaux, entièrement. « Je crois que pas d’une différence existe après 50 ans. »

En conclusion, après une histoire tumultueuse, elle croit sa place être ici en France comme une Française. Mais elle revient souvent en Algérie pour ses séjours. Ainsi bien que ses parents, qui reviennent avec elle quelquefois. Mais pour ses grands-parents, ils n’ont malheureusement jamais retourné, pour l’Algérie était vraiment leur maison. Selon elle, sur ses grands-parents, « l’Algérie était le paradis perdu, vraiment. »

July 19th, 2011

Ce que mon projet m’a apprit sur la France

Les cours de français qu’on prend à l’école aux Étas Unis évoquent toujours le stéréotype de racisme qui existe dans la France moderne.  J’ai choisi de faire ce projet à cause de ce stéréotype en pensant qu’il y aura beaucoup d’information sur le sujet.  Mais après avoir finit le projet, je vois comment le sujet est flou et combien on peut le débattre sans vraiment pouvoir trouver une réponse à nos questions.  Pendant mon séjour et ma recherche, ce que j’ai trouvé comme étant le plus intéressant était les nombreux débats entre des personnes que j’ai pu commencer un parlant de mon projet de recherche.  Il n’existe aucun « opinion  français » et j’ai donc pu dépasser ces stéréotypes en faisant ma recherche.

D’autre part, ce projet m’a aussi apprit une nouvelle approche à la langue française à travers l’étude des lois.  Lire le langage de droit est très différent de lire le langage de narration.   J’ai donc eu l’opportunité de voir un nouveau type de « littérature » française pour approfondir d’autant plus mes connaissances de la langue.

J’ai beaucoup apprécié que ce projet m’a donné la chance d’apprendre beaucoup sur une culture et une religion dont je n’y connaissait rien il y avait un mois.

 

July 18th, 2011

Le vocabulaire de foot, le patrimoine montpelliérain

Je suis très triste que notre séjour à Montpellier soit presque fini. Le temps passe vite, tellement vite. Néanmoins, j’ai passé quelques semaines incroyables; j’ai beaucoup fait et beaucoup appris! Je n’oublierai jamais la partie montpelliéraine de ma vie. Je viens de finir mon projet de recherche. Maintenant, je dois le relire et corriger si je trouve des fautes (et je vais en trouver plusieurs, je vous assure ;P), mais j’ai écrit la dissertation elle-même. Je peut dire que, maintenant, je sais beaucoup à propos du football français, surtout montpelliérain. En particulier, j’ai appris quelques mots de vocabulaire. Par exemple, j’ai appris des mots français pour des joueurs:

Un “défenseur” est le joueur qui essaie d’empêcher des adversaires à marquer des buts, e.g. Lilian Thuram (France ’98), Garry Bocaly (Montpellier ’11)

Un “libero” est un défenseur vraiment fluide; il “balaye” le ballon si un adversaire fait une brèche dans la ligne de défense, e.g. Christian Karembeu (France ’98)

Un “ailier” est un joueur de milieu qui reste aux ailes du terrain essentiellement pour fournir des buts aux attaquants, e.g. Robert Pirès (France ’98), Karim Aït Fana (Montpellier ’11)

Un “buteur” marque des buts, e.g. Thierry Henry (France ’98), Olivier Giroud (Montpellier ’11)

J’ai aussi appris des mots français plus générals:

Les “arrêts de jeu” sont quelques minutes de temps supplémentaires qui sont donnés à la fin du match qui remplacent le temps perdu pour les blessures, les fautes commises, et cetera (“stoppage time” en anglais)

La “prolongation” est utilisée aux matchs simultanément nuls et éliminatoires; elle est donnée après les arrêts de jeu. Pendant cette période de quinze minutes, les deux équipes opposantes continuent à essayer de marquer un but (“overtime” en anglais)

Ce sont, cependant, seulement les mots! J’ai aussi beaucoup appris à propos de la culture et du patrimoine montpelliérain. Evidemment, le football est vraiment important en France, mais il est important à Montpellier aussi. J’ai rencontré beaucoup de supporters de l’équipe, et même ceux qui n’aimaient pas de foot avaient quelque chose à dire. De plus, les joueurs de l’équipe représentent vraiment la population montpelliéraine; il y a des blancs, des noirs, et des arabes, tous français; il y a des immigrés de beaucoup de pays, comme la République centrafricaine; il y a même des enfants des pieds noirs. Les joueurs de Montpellier HSC sont les symboles du peuple montpelliérain.

Quand je me suis rendue visite au stade de l’équipe, le Stade de la Mosson, j’étais frappée par son histoire et son importance. C’est le stade officiel de Montpellier Hérault Sport Club, et c’était un stade officiel du Mondial en 1998. Il y avait un quart de finale entre l’Allemagne et le Mexique au Stade de la Mosson en 1998; Zinedine Zidane y a fait son retour au football français en 2005. Le stade et assez petit, avec 32,500 sièges, mais il représente aussi le peuple montpelliérain. Il n’est pas le stade le plus grand en France. La ville de Montpellier n’est pas la plus grande en France. Mais tous les deux ont une histoire et un avenir; la ville monte et l’équipe continue à rivaliser pour le titre français, même si elle ne gagne pas maintenant. La ville et l’équipe, les jumelles montpelliéraines.

C'est moi au stade

Je partirai samedi prochain avec un sentiment de bonheur. Je suis complètement satisfaite avec mon expérience à Montpellier. J’espère y revenir un jour.

-Maryam Kanna

July 18th, 2011

Trois Rencontres Très Différentes!

Depuis que je suis à Montpellier, j’ai eu beaucoup de rencontres très intéressants par rapport à mon projet de recherche.  En faisant mes rencontres, j’essaye de trouver une variété de personnes pour avoir cette même variété dans les réponses.  Ces rencontres peuvent être divisé dans des catégories d’âge/génération ou de religion/ethnicité.

J’ai trouvé une grande différence en parlant avec des femmes françaises âgées d’une cinquantaine d’années, comparé avec les femmes plus jeunes âgées d’une vingtaine d’années.  Les femmes plus âgées avec lesquelles j’ai eu la chance de parler pensent tous que la loi de la voile intégrale est une loi très important pour préserver la culture française.  Elles étaient d’accord sur l’idée que les musulmans viennent en France et prennent l’argent et le travaille des « vrais français » et ne veulent pas essayer de s’intégrer dans la société.  Selon elles, la loi peut vraiment bénéficier la culture française.

Un deuxième type de rencontre que j’ai faite à Montpellier a été avec des jeunes femmes, qui sont à l’université.  Elles ont dit que de l’un côté, elles veulent être féministes et ne veulent donc pas que les femmes se sentent emprisonnées derrière leurs voiles.  Ainsi, à travers l’argument féministe, elles voient comment la loi peut être acceptable.  Mais, de l’autre côté, elles ont aussi dit que la loi ne devrait pas leur être imposé et que les femmes devraient avoir le choix de si elles portent la voile ou non.  Ce n’est alors pas les hommes de leurs familles qui devraient faire cette décision, mais ce n’est pas non plus la loi.  Les femmes plus jeunes ont ainsi abordé un argument essentiellement féministe alors que les femmes plus âgées ont considéré l’économie et le bien-être de la culture française.

J’ai eu ma dernière rencontre à la Mosquée En Nour de Montpellier qui est à dix minutes de marche de la Place de la Comédie.  Premièrement, avant même arriver à la Mosquée, je mes suis rendu compte de la différence entre les deux religions musulmans et chrétiens à Montpellier.  Sur une carte de la ville, tous les églises sont marquées avec des croix pour qu’ils soient faciles à trouver, alors que la Mosquée n’était pas marquée et de plus ceux qui travaillaient au bureau de tourisme n’étaient pas sur où elle se trouvait.  Quand je l’ai finalement trouvé, il n’y avait aucun signe, et aucune porte n’était ouverte pour que je puisse entré.  J’ai alors attendu que quelqu’un sorte pour pouvoir leur poser des questions.

Le premier group avec lequel j’ai eu interaction était deux hommes.  Je leur ai demandé si ils savaient si il y avait quelqu’un avec lequel je pourrais parler, et un m’a répondu que je pourrais lui poser des questions.  L’autre couvrait ses yeux pendant l’entièreté de la conversation et je sentais que je l’offensais.  J’ai donc voulu vite poser mes questions à l’autre qui ne m’a donné qu’une réponse quand je lui ai demandé ce qu’il pensait de la nouvelle loi : « Je n’ais pas le droit d’avoir un opinion ».  C’est la seule phrase qu’il a répété pendant toute la conversation, ce qui montre comment il se sent à l’écart de la société française.

J’ai ensuite parlé avec une différente personne qui dirigeait la Mosquée, mais qui parlait un français incompréhensible qui était sûrement un mélange avec l’Arabe.  J’ai du lui parler en Anglais pour qu’il comprennent ma question.  Alors que sa réponse était un peu dure de comprendre, il était claire qu’il voulait souligner que la religion et la nationalité devraient être séparés et que n’importe quelle personne avec n’importe quelle nationalité devrait avoir le droit de pratiquer n’importe quelle religion : « c’est le mot de Dieu, et ça ne change pas la culture nationale ».

Ainsi, mes rencontres différents à travers le cours de mes recherches à Montpellier ont été très intéressants et très différents les uns des autres, ce qui me permit d’établir un idée de la gamme d’opinions que cette loi entraine.

July 11th, 2011

Des supporters avertis

Un grand supporteur de MHSC

Je suis très contente de dire que je sois presque fini avec la première moitié de mon projet de recherche. J’ai quelques choses à faire avant de finir complètement, mais j’ai déjà interviewé trois personnes. La première était une fille montpelliéraine que j’ai rencontrée chez un ami, la deuxième était un animateur à l’Université Paul Valéry, et la troisième était une femme qui voudrait rester anonyme. Je ne veux pas vous dire des détails spécifiques des interviews; au lieu, je vais les citer dans mon projet final. Néanmoins, je vous partagerai quelques citations que j’ai trouvées intéressantes ou pertinentes. J’ai demandé aux personnes interrogées cinq questions, mais pour préserver l’intégrité de mon projet final, je révélerai seulement une:
“A votre avis (celui de la personne interrogée), est-ce que la présence des immigrés et des français nés de parents immigrés sur l’équipe Montpellier HSC améliore l’image des immigrés en général pour les Montpelliérains?”
La deuxième personne interrogée, qui est grand supporter de l’équipe, a répondu simplement avec, “Oui, ça montre les différents nationalités dans l’équipe,” mais la première a développé sa réponse un peu en disant que l’équipe donne un bon modèle de réussite aux enfants de la ville de Montpellier, beaucoup desquels viennent d’une origine immigrée.
Evidemment, j’ai une gamme de citations à utiliser. Heureusement, la plupart des réponses que j’ai reçues sont très utiles pour mon projet. Chaque personne interrogées m’a donnée quelque chose à ajouter. Alors, je suis satisfaite 🙂
Je pense que je vais interviewer quelques autres Montpelliérains. Je ne pense pas que j’aie l’occasion d’interviewer l’attachée de presse; je ne peut ni trouver ses coordonnés ni l’endroit de son bureau. J’irai, cependant, au stade ce vendredi pour rassembler des informations; peut-être je vais trouver quelqu’un qui puisse m’aider. J’irai aussi à la boutique officielle de l’équipe. Je espère que ses employés seront des personnes interrogées potentielles.
Alors, je vous laisserai avec un lien qui montre la diversité des joueurs de Montpellier HSC. Faites attention aux noms et prénoms des joueurs; vous verrez que, dix-neuf sur trente joueurs ont des noms étrangers:
http://www.mhscfoot.com/groupe-pro/les-joueurs2
C’est intéressent, n’est-ce pas?
-Maryam Kanna

July 10th, 2011

Les Oubliés: Les Pieds-Noirs au 21ème Siècle

Après je suis arrivé en France, j’ai trouvé que j’ai besoin de réduire mon sujet des pieds noirs de France aux pieds noirs spécifiquement de la sud. Pour mes études, j’ai apporté trois livres français, sur mon sujet, et aussi cinq livres anglais sur mon sujet. J’ai commencé lire les livres anglais et quelque des livres français j’ai lu dans mon cours sur les héritages francophones le dernier semestre. A Paris, j’ai visité le Musée de l’Immigration, et j’ai pris des bonnes notes sur les effets d’immigration algérienne à la France.

Aussi, pour mon séjour, j’ai de la chance, à cause de mon ami, Richard, qui étudiait ici pendant la passe quatre mois. Sa mère d’accueil est une fille d’une famille des pieds noirs. Je pense que si je la trouverai, je pourrais la utiliser pour son information et pour ses connections dans la communauté  pieds noir. Je dois faire une liste des amis de cette femme. Si je le fais, il doive m’aider avec mes études et ma recherche sur ce sujet, spécifiquement avec plusieurs des interactions personnelles avec les pieds noirs.

Récemment, j’ai discuté mon projet de recherche avec ma mère d’accueil pour son aide. Elle m’a dit qu’elle a quelques amis qui sont pieds noirs, mais que la plupart des eux sont en vacances pendant l’été. Mais elle me donnera les noms de ses amis pour faire contacter. Je peux mener une entrevue par téléphone, ou je peux construire un questionnaire pour leurs réponses par internet. De toute façon, leurs informations m’aideront pour les réactions spécifiques de la communauté pied noir et donc mon projet. Leurs réponses peuvent me donner des sentiments et des pensées on ne peut pas lire dans un livre. C’est ce que je suis à la recherche pour, les passions d’un peuple qui est souvent oublié.

Maintenant, j’explore la possibilité de continuer assez spécifique avec la communauté pied noir/ juif. Je dois rechercher plus, parce qu’en ce moment, je n’ai pas des connexions juives, pieds noirs. Alors, après mes contacts avec les pieds noirs j’ai discuté, je peux leur demander s’ils connaissaient quelqu’un qui est pied noir et aussi juif. Jusqu’à ce moment. Je pense que tout est bien et de mon projet va bien.

July 6th, 2011

Communité Musulmane à Montpellier

Bonjour de Montpellier!

Je suis ravie de pouvoir passé l’été 2011 dans la jolie ville de Montpellier, France et de pouvoir étudier des sujets qui m’intéressent beaucoup, notamment pour mon projet de recherche sur les immigrants musulmans et les nouvelles lois religieuses.  Depuis que la France a établit contact avec l’Algérie et le reste du Maghreb à travers la colonisation, des immigrants d’origines musulmanes ont commencé à s’installer dans le pays.  Ces immigrants ont développé leurs propres cultures qui consistent d’un mélange des traditions maghrébins et français.  Maintenant, avec des nouvelles lois qui ont commencé à être introduites dans les années 1980s, la culture musulmane en France est mise en question par le gouvernement français.  Ils ont banni les signes religieux dans les écoles en 2004, et en 2011, ils ont banni les niqab (voiles intégrales) dans les espaces publiques.  Je voudrais essayer de définir comment être un musulman et un français dans un pays qui souligne strictement la laïcité.

J’ai commencé ce projet de recherche avant de venir à Montpellier avec l’intention de focaliser seulement sur les lois et de demander des opinions à des montpelliérains.  Mais en parlant de ce sujet avec ma mère d’accueil et avec d’autres amis français, je me suis rendu compte qu’il est très controversé, et que je pourrais offenser quelques personnes en posant des questions considérés comme plutôt choquante.  Ainsi, j’ai décidé de focaliser sur une étude des lois plus objective.  Je vais commencer mon projet avec une étude de l’histoire de l’immigration musulmane en France, surtout les immigrants algériens.  Je vais ensuite donner tous les détails sur les lois récentes and essayer d’établir un connexion entre le passé de l’immigration et le présent judiciaire.

Pendant notre séjour à Paris, j’ai visité la Cité Nationale de l’Immigration où j’ai trouvé beaucoup de dessins politiques très intéressant que je vais inclure dans ma présentation.  J’ai aussi visité l’Institut du Monde Arabe à Paris où j’ai pu parler avec une femme de comment elle se sent en étant une musulmane française.  J’ai aussi acheté le filme Musulmans de France pour continuer ma recherche et j’ai profité de la bibliothèque de l’institut.

Pendant mon séjour à Montpellier, je vais visiter le At-Tawbah Mosquée.  Ce Mosquée contient aussi l’Association de Bienfaisance de Montpellier pour les Musulmans de la ville, et c’est aussi une source d’informations avec une bibliothèque et une librairie.  De plus, je vais continuer des discussions avec ma famille d’accueil et d’autres personnes avec lesquels je me sens assez confortable que je ne vais pas leur offenser pour avoir une meilleure idée de comment définir l’identité musulman et français, surtout avec les nouvelles lois de voile intégrale.

July 5th, 2011

La Vie au Grand Air du Languedoc !

Entre 1917 et 1919, Montpellier Hérault Sport Club, le club du football du coin à Montpellier, s’appelait “La Vie au Grand Air du Languedoc”. Et alors? Ah, mais c’est très intéressant pour moi! Je fais mon projet de recherche sur le football français, surtout à Montpellier, où j’habite pendant le mois de juillet. De plus, je me concentre sur le rapport entre le football montpelliérain et l’immigration. Ça veut dire que l’immigration influence le football en France, et je vais apprendre “Comment?”.
L’histoire du football et son rapport avec l’immigration est complexe, mais je vous en donne un petit résumé: essentiellement, les équipes françaises et même l’équipe nationale sont comprises de plusieurs joueurs français qui sont descendus des immigrés. Le racisme et les préjugés contres des immigrés, surtout ceux qui viennent du Maghreb, sont courant dans la société française. On peut aussi dire que le football est une partie intégrale de la culture française. Plusieurs joueurs qui ont gagné des compétitions et des prix pour leurs clubs et leur patrie viennent et venaient d’une origine étrangère. Vous avez entendu le nom, Zinedine Zidane? Je suis certaine que la plupart des lecteurs peuvent répondre affirmativement. Il était français, né de parents algériens. Il a gagné le coupe du monde pour la France après avoir marqué deux buts en 1998. Après cette victoire, selon l’auteur Laurent Dubois, dont j’ai lu le livre “Soccer Empire”, la réputation des immigrés, surtout ceux d’une origine algérienne, a profité. Je divague un peu, mais je voulais vous donner un petit exemple!
Le club montpelliérain a aussi plusieurs joueurs français qui ont des racines étrangères. Je veux apprendre tout ce que je peux sur le club et ces joueurs en particulier, et je vais voir si leur présence et leur contribution à l’équipe sert à améliorer l’image des immigrés à Montpellier.
Cette semaine, j’ai commencé à écrire des profils individuels des joueurs de l’équipe montpelliéraine actuelle qui sont nés de parents immigrés ou dans un pays étranger. Lundi, j’irai au stade, Le Stade de la Mosson, pour trouver l’attachée de presse et, peut-être, l’interviewer. Je ne sais pas si j’aurai de la chance avec la trouver. Si non, je vais voir la stade et aller à la boutique pour rechercher. Je pense que j’ai bien démarré mon projet, mais j’ai beaucoup plus de travail à faire.

Souhaitez-moi bonne chance!

Maryam

July 2nd, 2011


Introduction

Sur ce site vous trouverez les blogs de 19 étudiants du College of William and Mary qui participent au programme d’été de leur université à Montpellier. Ces blogs évoquent les projets de recherche originaux qu’ils entreprennent sous la direction du professeur Michael Leruth tout en suivant des cours de langue et de culture françaises à l’IEFE de l’université Paul-Valéry. Leurs projets traitent d’une gamme très large de sujets : de l’histoire intellectuelle de la faculté de médecine de Montpellier au rap et au football, et de la langue occitane à la politique et la pâtisserie ! En lisant leurs blogs vous vous trouverez sur le terrain de la culture vivante de la France et d’une de ses villes les plus dynamiques ! Pour mieux suivre les blogs (et le progrès des projets), cliquez sur les boutons de catégories ci-dessous.

Gallery

dinermontpellier7_071511

Categories

Recent Posts

Links